Les calvaires

A Prusles, face à la maison de M. Sarot, il y a également: « Le Calvaire des Proyes », il était autrefois la propriété de la famille Fache. Il est fort ancien et chaque année, le jour de Pâques après-midi, il y avait une procession (jusqu'en 1962). En 1774, se trouvait à cet endroit la chapelle de Notre Dame des Proyes. Entre Mons et St Chren, se trouve une belle croix, souvenir d'une mission en 1876. Cette croix est placée sur les terres d'hospices d' Athies, elle a été restaurée jadis par Adonis Vasseur. Nulle part, il n'est fait mention du petit calvaire souvent fleuri qui se trouve contre la mare de St Chren, seulement quelques lignes dans un très vieux poème d'avant 1700 dédié aux paysans de notre village et particulièrement à ceux de St Chren. Il appartenait autrefois à la famille Denis, il a été restauré en 1951, par M. Duyck. M. Etévé, maire, y a fait installer une grille en 1990. Le grand calvaire du cimetière a été érigé en 1893. Il est double: celui du maire et celui du curé. Le nouveau cimetière a reçu les premiers morts en 1889 CI' année où le tortillard faisait ses premiers tours de roues). Les relations de M. le maire Dej ancourt (de Prusles) et de M. le curé Blandin n'étaient pas très cordiales. La veille de la bénédiction du nouveau cimetière, le maire fit barricader les portes. Un fervent coupa la nuit, les fils qui clôturaient le cimetière pour livrer passage au cortège. M. le curé, malgré la présence de tous les habitants du village, ne voulut entrer que par la grand'porte. C'est ainsi que le cimetière de Mons n'ajamais été béni! (Merci à Mme Marotte de m'avoir gentiment communiqué cette anecdote). L'abbé Blandin a été inhumé au pied de la dite croix.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site